Avoir votre mot à dire! À quoi devrait servir 875 000 $?

Posté dans : Non classifié(e) | 0

Les promoteurs doivent incorporer un parc dans tout développement résidentiel. Lorsque cela n’est pas possible, le promoteur doit payer à la Ville, une somme équivalente à la quantité de terrain dont la Ville aurait le droit d’exiger la vocation aux fins de parcs dans le cadre d’un aménagement. Ce versement argent s’appelle «fonds de réserve des frais relatifs aux terrains à vocation de parc » (FRTVP) et est disponible pour financer des investissements dans des parcs dans les quartiers de la municipalité.

La Ville d’Ottawa délègue aux conseillers municipaux le pouvoir de proposer comment dépenser desdits fonds.  Selon le dernier rapport trimestriel du trésorier de la Ville d’Ottawa, il reste à notre quartier 874 285,15 $ pour les terrains de sport et les sentiers, le matériel de jeu, etc.  En tant que votre nouveau conseillère, je dépenserai judicieusement les fonds du FRTVP ces fonds après une consultation avec nos résidents – N’ajoutez PAS de prélèvements à votre compte de taxes.

Quel sort de projet pensez-vous est le meilleur pour notre quartier ?  Exprimez-vous à propos de l’argent qui devrait être dépensé!

La politique de la Ville d’Ottawa contient les types de projets pouvant être financés par le fonds de réserve du FRTVP :

  • projets d’acquisition de terrains aux fins de parcs publics ;
  • projets d’immobilisations pour l’aménagement de nouveaux parcs publics, y compris les travaux de préparation de l’emplacement et de drainage connexes, la fourniture d’installations de parc telles que les équipements de jeu, les terrains de sports et les sentiers ou la fourniture d’installations de loisirs, notamment les centres communautaires, les piscines intérieures et les patinoires ;
  • projets d’immobilisations destinés à accroître la capacité des parcs publics et/ou des installations de loisirs existants de répondre à une utilisation plus intensive, à fournir des installations additionnelles tels que les équipements de jeu, les fontaines à jets d’eau et le mobilier de parc et/ou à fournir des installations de loisirs additionnelles, notamment l’agrandissement ou la mise à niveau des locaux d’activité dans les centres communautaires, les piscines intérieures et les patinoires ;
  • éléments ne visant pas la croissance des projets d’immobilisations relatifs à la croissance pour les installations de loisirs et l’aménagement de parcs traités dans l’Étude préliminaire des redevances d’aménagement 2004 ;
  • projets de rénovation, de renouvellement ou de remplacement des immobilisations à l’usage des parcs et des loisirs ainsi que les coûts globaux des projets (planification, conception et exécution) liés à ces travaux ; et
  • projets qui s’inscrivent dans des prévisions prioritaires ou des plans de travail prévus et définis dans le cadre de la planification et de la programmation relative au renouvellement entrepris conformément à la Politique de gestion intégrale des actifs de la Ville, mais non financés par le budget annuel normal en vigueur. Ces projets peuvent être devancés grâce aux fonds perçus conformément à la Politique sur les frais relatifs aux terrains à vocation de parc, sans que les fonds aient à être remboursés à même les prochains budgets de renouvellement. Les projets ne pourront être devancés que de quatre ans, afin de respecter le besoin d’évaluer la pleine portée et les exigences conceptuelles dans la définition des attentes ciblées concernant l’exécution.

A propos de la politique sur les frais relatifs aux terrains à vocation de parc.